Cahiers du Cercle Proudhon

My marvelous first thumbnail

En 1912-1913, les Cahiers du Cercle Proudhon créés par des militants venant du nationalisme et du syndicalisme – et se revendiquant à la fois de Sorel, de Proudhon et d’un Maurras qui n’avait pas encore rejoint les rangs de la réaction -, furent un exemple type du nationalisme-révolutionnaire du début du siècle. Bien que leur diffusion soit faible [200 abonnés, 600 exemplaires imprimés] leur influence fut très importante. Malgré les années, ces Cahiers restent un point de référence, ainsi que la totalité de l’oeuvre de Georges Valois, pour de nombreux militants. Cahiers du Cercle Proudhon Prix : 35,00€ Auteur[s] : Alain de Benoist (préface) Éditeur : Avatar Editions Date de Parution : 01/2007 Pages : 352 Collection : Les inactuels [...]

Un avertissement aux Hindous

My marvelous first thumbnail

Avant-propos de Sri G.D. Savarkar Cette brochure, publiée en 1939, constitue le premier texte politique de Maximiani Portas, qui venait d’adopter le nom hindou de Savitri Devi ( » déesse du soleil « ). Avec Warning to the Hindus, Savitri Devi s’engageait résolument en faveur du nationalisme hindou. L’Inde était alors en ébullition, sentant approcher l’heure de l’indépendance, et la montée de l’Allemagne nationale-socialiste en Europe était souvent vue comme une occasion de secouer le joug britannique. Il faut noter que Savitri Devi, malgré quelques circonlocutions prudentes, apportait son appui à la tendance la plus dure, c’est-à-dire au nationalisme hindou de l’Hindutva, et non pas au nationalisme séculier et pro-occidental du Parti du congrès. Savitri Devi déclarait sans ambages dans sa brochure [...]

L’Étang aux Lotus

My marvelous first thumbnail

Ces pages, écrites en 1937, expriment mes premières impressions au contact de cette Inde, devenue pour moi, depuis, la plus chère des patries. Elles ne reflètent que dix-huit mois d’expériences directes, ajoutées, il est vrai, à de longues années d’attente. Depuis, nombre d’expériences ont suivi celles-ci. Elles ont entièrement justifié ma joie de quitter l’Occident chrétien et démocratique, et tout ce qui lui ressemble, et n’ont fait que confirmer mes premières impressions indiennes. Je pourrais encore aujourd’hui signer ces pages et c’est, en partie, ce qui m’encourage à les publier. En Inde, c’est comme si toute l’âme de la vieille Europe oubliée, de l’Europe païenne et classique, étouffée depuis longtemps, était là, immortelle, transposée dans une civilisation de pays chaud. [...]